L’acceptation de l’initiative « sortir du nucléaire » serait catastrophique pour la Suisse

Energy for Humanity s’est engagée à promouvoir un approvisionnement en énergie sûr et sans danger pour l’environnement. Le système suisse est l'un des meilleurs au monde. Un « Oui » à l’initiative de sortie du nucléaire conduirait à la destruction délibérée de ce système. En résulterait, notamment, cinq conséquences graves pour la Suisse:

1. L’incapacité d'atteindre les objectifs de protection de l’environnement et une atteinte même à l’environnement : Le mix de production d'électricité actuel (pauvre en CO2), qui allie hydroélectricité, énergie nucléaire, ainsi qu’une petite portion de nouvelles énergies renouvelables, sera transformé, si le « oui » l’emporte, par le recours accru aux importations allemandes (fossiles) et françaises (nucléaires).

2. La construction, en Suisse, de grandes centrales électriques à gaz : L'élimination rapide d’une source d’approvisionnement sûre et fiable en hiver nécessitera la construction de 5 à 9 centrales fonctionnant au gaz de 550 Mégawatts chacune. Selon les scénarios déjà envisagés par l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), une première centrale de ce genre devra être construite d’ici 2020.

3. L’atteinte à la sécurité actuelle d’approvisionnement en énergie : Une dépendance accrue aux énergies étrangères et au réseau électrique existant portera atteinte à la sécurité d’approvisionnement en énergie dont la Suisse bénéficie actuellement. Le risque de coupure de courant prolongée, la plus grande menace actuelle selon l'Office fédéral de la protection de la population (OFPP), s’accroîtrait. Ce risque est inutile et dangereux pour l’économie et la société suisses.

4. La distorsion du marché de l'électricité et des coûts élevés en raison de la perte de 320 TWh et d’une modification rapide de la production électrique nationale : La substitution d’un large volume d'électricité requiert une intervention massive sur le marché comparable à celle observée en Allemagne. L’initiative de sortie entraînerait la perte de 320 TWh d’électricité suisse (valeur marchande en 2015: EUR 15 milliards). Une grande partie de cette perte devra être compensée par un recours accru d’énergie en provenance de l’international. Des coûts annuels supplémentaires de milliards de francs (la RPC était, en 2015, déjà subventionné à la hauteur de 250 millions de francs au dessus du prix du marché) seront à prévoir. L'impact de cette économie planifiée affectera nécessairement le secteur de l’hydroélectricité en Suisse.

5. Une expansion du réseau, laquelle sera soumise à d’importantes contraintes de temps : La mise en œuvre des projets, prévus par la Stratégie Énergétique 2050, visant l’expansion du réseau électrique actuel, représente un grand défi en soi. Une sortie imprévue et chaotique du nucléaire accentuerait l’effet de ces contraintes de temps. Cette expansion ne pourra être complétée dans les délais requis. Le risque de coupure de courant augmentera forcément.

Alors NON le 27 novembre 2016 !

Energy for Humanity espère que tous les électeurs sont conscients des conséquences auxquelles ils risquent de faire face. Il est important, dans les jours qui viennent, de s’assurer qu’ils puissent tous se faire entendre et éviter les dangers de l'initiative par l’entremise d’un « NON » raisonnable. Les électeurs ont jusqu’au mardi 22 novembre 2016 pour voter par correspondance via Courrier B (avec enveloppe pré-affranchie) et jusqu’au jeudi 24 novembre 2016, au plus tard, pour voter via Courrier A.

L'initiative « sortir du nucléaire » est extrêmement nocive pour la Suisse et les projections actuelles prévoient un résultat serré. Par conséquent, chaque vote compte!